vendredi 3 juillet 2015

Carte postale d'Italie : Camogli (ou comment je ne suis pas allée à Portofino)



Se rendre à Portofino, c'est un peu compliqué. Accéder à ce minuscule port aux couleurs chatoyantes et aux prix indécents se gagne, parait-il. Ca n'est pas un coin touristique-incontournable-mais-quand-même-qui-a-l'air-un-peu-authentique-même-si-tout-le-monde-connait pour rien.
J'avais noté plusieurs possibilités : on pouvait prendre un ferry directement de Gênes, ou aller jusqu'à Santa Margharita juste à côté et s'y rendre de là-bas en bus ou en ferry. Jusqu'au dernier moment, on a hésité, parce qu'avec la météo incertaine, c'était difficile de prévoir.
Cette journée semblait quand même commencer par un temps pas trop trop moche, alors hop, on saute dans le train depuis Gênes, et direction les villages de la côte. D'abord Camogli, puis Santa Margharita, puis Portofino. Il y a d'autres étapes possibles, mais ça nous suffisait pour une journée, on voulait profiter et flâner tranquillement, pas faire la course.

Camogli, j'ai adoré. Toute la promenade le long de la mer est très agréable, et c'était presque désert. Avec de belles vagues qui venaient lécher le rivage et s'éclater contre l'église : du bonheur pour les bretons.












On y a dégusté une focaccia al formaggio e pesto absolument sublime, rholala, c'est terrible ce truc. Et c'est une spécialité de la Ligurie apparemment, ce genre de focaccia très fine pleine de fromage. Miam.










Après quelques soucis pour comprendre le moyen le plus simple pour se rendre à Santa Margharita (bus ou train, pas un chat dans la gare pour nous renseigner sur les horaires, à part deux français qui avaient l'air un peu paumés aussi mais de toute évidence pas assez pour souhaiter communiquer avec nous, décidément on ne fait pas que des rencontres sympas en vacances), hop on change de ville. Celle-ci est mignonne, mais ça reste une étape, il n'y a pas grand chose à voir. On comprend que le point central du coin, c'est au bout de la jetée, le coin des ferrys. Pour Portofino, ZE place to be. Oh, un ferry vient juste de partir ! Pas grave, on prendra le prochain. Bon c'est dommage quand même, parce qu'il commence à pleuvoir un peu non, j'ai cru sentir une goutte? Allez on va voir, sans se presser.
Arrivés au bout du quai, on a pu constater avec plaisir que le dernier ferry de la journée venait de s'éloigner sous nos yeux...







Mais quand on est en vacances, on ne se laisse pas abattre. Pas notre genre ! Alors on se dit "tant pis !", et on va s'acheter une gelati à déguster devant la mer, après tout on est bien ici.










C'est en sortant de la gelateria que l'on a pu constater que les quelques gouttes s'étaient transformées en une vraie pluie, bien décidée à s'installer pour le reste de la journée.

Faut croire que le destin ne voulait pas de nous à Portofino !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire